Do you know Paris? Les maisons de poupée du quartier Mouzaïa

Comme un livre d’histoire à ciel ouvert, Paris garde des souvenirs des époques qu’elle a traversé et tire sa magie des quartiers variés qui la composent. Aujourd’hui, Appartonaute souhaite vous invite à découvrir un quartier dépaysant et mal connu : la Mouzaïa. Au nord de la colline de Belleville, ce secteur fait partie des plus charmants grâce à ses constructions insolites : plus de 250 villas ressemblant à des maisons de poupées. Cette architecture singulière vient en vérité de leur histoire.

A partir du Moyen-âge, jusqu’en 1860, La Mouzaïa faisait partie des carrières de Montmartre qui permettait l’extraction de gypse, une roche très utilisée dans la fabrication du plâtre et du ciment entre autres. Ces carrières faisaient plus de 25 hectares et s’appelaient les Carrières d’Amérique, à cause de la destination majeure des extractions faites en ce lieu. Malgré ce travail abondant, les carrières avaient mauvaises réputations car elles devenaient la nuit venue le repère d’activités et de trafics illicites.

Les Carrières d’Amérique

Avec l’assainissement de Paris et les travaux du Baron Haussmann en 1860, cet endroit voit naître le Parc des Buttes-Chaumont et le quartier de la Mouzaïa sur l’emplacement qu’occupait les carrières des Amériques. D’abord détenu par un plâtrier, cette partie du 19ème arrondissement connu de nombreux rebondissements avant de voir apparaître en 1889 un traité particulièrement précis qui détaille les spécificités des futures habitations : pas plus d’un rez-de-chaussée et un étage, des tailles de parcelles limitées et modestes, et seulement 4 types de maisons possibles. Ces exigences sont en vérité la conséquence de l’ancienne activité de carrière qui a affaibli le sol et laissé des étages sous-terre, fragilisant les terrains. 

Ainsi, après 30 ans de discussions et décrets, les constructions commencent enfin et les premières acquisitions se font pour ces habitations bon marché, échappant à la rigueur des travaux haussmanniens. Le 19ème arrondissement hérite ainsi de l’un des quartiers les plus atypiques de Paris. On y retrouve par exemple le Hameau du Danube qui remporte le Concours de Façade de la ville de Paris en 1926 et compte 28 pavillons privés. 

Comme quoi, avoir une maison et habiter à Paris ne sont pas forcément des projets incompatibles ! Et vous, quel est votre projet immobilier ? Quels sont les paramètres qui comptent pour vous et votre famille ? Parlons-en ensemble et laissez-nous vous accompagner dans ce projet de vie pour vous aider à trouver le bien immobilier qui vous correspond.

Triboulet = Piero d’Houin / CC BY-SA