Do you know Paris? Les petits métiers du Paris d’antan

Appartonaute fait parfois référence au Paris d’antan riche d’histoire et d’anecdotes et vous les faire découvrir est l’un de nos plaisirs ! Comme nous vous en parlions déjà dans l’article sur Haussman, le Paris de la fin du 19ème siècle relève d’une époque dont nous peinons à imaginer la réalité architecturale mais aussi sociale. Peu à peu avec la disparition du Paris moyenâgeux vont aussi se perdre peu à peu des petits métiers insolites sur lesquels Appartonaute a choisi aujourd’hui de se pencher. La survie du tout petit peuple pousse à une inventivité parfois surprenante et déconcertante. Il y a ceux qui créent des métiers “pratiques” et ceux qui en créent des “envahissants”.

Par exemple, le métier de ramasseur de mégots (cigarette ou cigare) est un adepte du recyclage très en vogue à l’époque : après sa collecte, il se met en atelier pour démonter et rouler à nouveau les feuilles restantes pour faire de nouvelles cigarettes et cigares pour les ouvriers, peu regardants et appréciant d’avoir une cigarette à fumer à la fin de leur tâche. Il aurait d’ailleurs fait un bon partenariat avec le marchand de feu. Véritable briquet ambulant, il amène sa flamme aux consommateurs de tabac. Moins reluisant, les chiffonniers, ou les ramasseurs de crottes sont aussi chose courante (Monsieur Poubelle va bientôt passer à l’action !)

L’homme-sandwich, quant à lui, fait partie des métiers qui existent encore aujourd’hui. Coincé entre deux réclames, il circule silencieusement dans les rues pour promouvoir un produit ou un commerce.

Beaucoup plus bruyant mais très important, le réveilleur est l’un de ces métiers qui peut aspirer à se constituer une petite fortune : avec un carnet de clients bien rempli, il part crier sous les fenêtres de ces derniers à l’heure convenue pour ne pas qu’ils soient en retard au travail. Le rémouleur aussi crie parfois (encore aujourd’hui!) dans les rues de Paris en agitant sa cloche mais ses passages sont de plus en plus rares. Il croise bien souvent vitriers et ramoneurs dont les services sont alors chose courante.

 

Do you know Paris? Les petits métiers du Paris dantan Petits Métiers parisiens   Guy Tomel BNF GALLICA Paris

Source gallica.bnf.fr / BnF

 

Si ces exemples de métiers sont bien utiles pour les parisiens, d’autres sont plus… curieux !

Prenez par exemple, le casseur de noisettes qui les ouvrent en s’asseyant dessus, le moucheur d’invalides qui vient en aide aux sans-bras… Un autre retient notre attention : à cette époque (comme à la nôtre) les jeunes femmes avaient besoin d’aller travailler sans se soucier de leurs enfants durant la journée. C’est là qu’intervient le loueur d’enfants (qui ne se présente pas ainsi bien sûr !), il propose de garder la marmaille et une fois que les parents tournent le dos, il les louent à des mendiants pour mieux apitoyer les passants. Une façon peu scrupuleuse de “rentabiliser” leur activité en jouant sur les deux tableaux. 

Un métier parisien inconnu à l’époque où Paris n’était encore parfois un terrain vague était celui de chasseur d’Appartement… Aujourd’hui, il est essentiel à une acquisition immobilière de qualité et de nombreux Parisiens y ont recours. Avec bientôt ses 10 ans d’expertise, Appartonaute fait presque figure d’ancien dans la profession. Un gage de confiance, sans doute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Current ye@r *